Kiplin

Escape games en santé : mémoriser les bonnes pratiques par le jeu

Jouer… avec les enjeux de sécurité numérique en santé

Psychiatrie, réadaptation cardiaque, sécurité des données de santé, alimentation… Les escape games en santé se sont rapidement développés ces dernières années, dans des domaines variés. Leur intérêt est de pouvoir faire passer des messages forts au personnel ou aux patients en passant par un mode à la fois ludique et pédagogique.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire a choisi d’investir ce terrain de jeu. « Nous avions pour objectif de faire prendre conscience aux utilisateurs de leurs mauvaises pratiques au quotidien dans le domaine de la sécurité numérique en santé », détaille Auriane Lemesle (référente régionale sécurité des systèmes d’information au sein du Groupement régional d’appui au développement de la e-santé) qui a participé activement au développement du premier escape game du catalogue « Sant’escape », soutenu par l’ARS Pays de la Loire.

Un catalogue d’escape games soutenu par l’ARS Pays de la Loire

Sant’escape est une marque d’escapes games en santé. Le premier à avoir vu le jour en  2018 concerne la sécurité numérique. Le public ciblé : toutes les personnes travaillant dans une structure sanitaire ou médico-sociale en Pays de la Loire. « Nos joueurs ont le mauvais rôle. Nous les mettons dans la peau de journalistes peu scrupuleux. Ils doivent s’introduire dans une salle et essayer d’obtenir les informations personnelles d’un patient célèbre hospitalisé, dont, notamment, la pathologie pour laquelle il est soigné”, explique Auriane Lemesle.

Un jeu qui permet aux participants de se rendre compte de leurs mauvaises pratiques au quotidien en matière de sécurité des données. « Les joueurs ont pris conscience de leurs mauvaises habitudes. vont pouvoir réajuster leurs façons de faire par la suite. »

Nouvelles thématiques de jeux : sécurité des soins, nutrition, bienveillance en Ehpad

Un des objectifs de ces escape games est de laisser les participants se tromper sans pour autant les culpabiliser, afin qu’ils se souviennent de leurs erreurs. « Le retour que nous en avons est très positif. Les participants ne trouvent pas ça stigmatisant. Ils apprennent par eux-mêmes et peuvent ensuite former leurs collègues ».

430 personnes ont déjà joué à cet escape game en Pays de la Loire. Forte de ce succès, l’ARS Pays de la Loire soutient actuellement le développement d’autres thématiques pour « Sant’escape » : sécurité des soins, nutrition, bienveillance en Ehpad, gestion des évènements indésirables dans les établissements de santé, etc.

Education thérapeutique. Un escape game pour les patients d’un service de réadaptation cardiaque

Les créations d’escape games en santé se multiplient un peu partout en France. À Massy, dans l’Essonne, l’hôpital privé Jacques Cartier a décidé de créer en 2019 un escape game à destination des patients de son service de réadaptation cardiaque. « Un groupe de 6 patients en fin de programme de réadaptation est « enfermé » dans une salle de conférence », détaillent Carine Restini, responsable du service et Marie-Hélène Aillet, directrice des soins.

« Plusieurs thèmes liés à leur pathologie sont abordés comme les gestes qui sauvent, les médicaments, l’activité physique, les facteurs de risque ou l’équilibre alimentaire. Leur connaissance de ces thèmes est primordiale afin de sortir de la pièce. » Une façon ludique d’approfondir les connaissances des patients, d’améliorer leur qualité de vie  et de prévenir les risques de récidives cardiovasculaires.

Des escapes games sur les bancs de l’université

Preuve du succès et de la pertinence de ce principe, de nombreux établissements de santé ont développé leurs « jeux d’évasion » sur des thématiques variées. Dans la Haute-Loire et dans l’Hérault, l’association hospitalière Sainte-Marie a développé en 2018 le premier escape game en santé mentale. En Seine-Saint Denis, l’hôpital privé du Vert Galant a mis en place un escape game sur l’hygiène hospitalière. Les exemples se multiplient jusqu’à désormais toucher les étudiants en santé.

À la rentrée de septembre 2020, la faculté d’odontologie de Brest (Université de Bretagne Occidentale) va en effet proposer à ses étudiants des escape games dans le cadre de leur formation. « C’est réellement un outil dans l’air du temps », conclut Auriane Lemesle. « La simulation permet d’essayer des choses ou de se tromper sans impact négatif, ce qui est particulièrement pertinent dans le monde de la santé ».

Paola Da Silva

Articles liés