Non classé

Télétravail. Comment favoriser l’activité physique des salariés grâce au jeu ?

Les bienfaits de l’activité physique pour l’entreprise et les salariés

Pour la tête, le cœur, le sommeil, le stress, la fatigue, le dos… Les bienfaits de l’activité physique sont multiples. Un message que les services RH et communication cherchent de plus en plus à faire passer à leurs collaborateurs, d’autant qu’en matière de prévention santé, le rôle de l’entreprise s’est renforcé depuis les nouveaux accords sur la santé au travail.

Et pourtant, moins d’une entreprise sur cinq (18 %) propose aujourd’hui des activités physiques et sportives à ses collaborateurs.

Dans son guide “activité physique et sportive en milieu professionnel” édité en novembre 2021, l’AFNOR (Association Française de Normalisation) rappelle d’ailleurs les principaux impacts de l’activité physique pour l’entreprise :

  • amélioration de la qualité de vie au travail et du bien-être du salarié
  • augmentation de la productivité et de la rentabilité de l’entreprise
  • diminution des absences pour maladies et du turnover
  • développement d’une image positive et de son attractivité
  • réduction des dépenses de santé
  • renforcement de la cohésion et de l’inclusion au sein des équipes

Pour les salariés, sur le plan de la santé physique et mentale, l’activité physique limite la survenue des différents symptômes psychologiques (troubles de la concentration, irritabilité, nervosité, fatigue…) et freine les maladies chroniques (diabète, obésité, hypertension artérielle). Le simple fait de bouger au quotidien change tout.

Comment l’entreprise peut sensibiliser ses collaborateurs à pratiquer une activité physique régulière et modérée sans salle de sport et avec une partie des équipes à distance ?

Des jeux pour faire passer les bons messages et changer les habitudes

Arrêter de fumer, réduire sa consommation d’alcool, modifier son alimentation, se remettre à une activité physique… Pour faire passer des messages de prévention santé et valoriser les changements de comportement, le jeu peut être utilisé par les entreprises.

La gamification est un des leviers du nudge (qui signifie « coup de pouce » en anglais). Cette petite chose que l’on va mettre sur votre parcours décisionnel pour tout d’un coup passer de l’intention à l’action.

Voici 5 exemples de jeux :

Les serious game
A titre d’exemple, chaque année, l’Anact (Agence Nationale pour l’amélioration des conditions de travail) approfondi plusieurs thèmes-clés de la qualité de vie au travail sous la forme de jeux. Le dernier né est baptisé : Ergasia. 4 équipes peuvent s’affronter pour conquérir le plus de « territoires du travail » possible en répondant aux questions sur différentes thématiques. Ergasia combine aussi compétition inter-équipes et temps collaboratifs.

Les escape game
L’essor des escape game profite aussi aux problématiques portées par les entreprises. Cohésion d’équipe et matière grise font la différence. Les collaborateurs doivent trouver une solution en moins d’une heure, quel que soit le thème choisi. La mécanique de l’escape game est parfois utilisé en extérieur dans quelques rues de la ville ou aux abords du bureau (toujours avec des indices à résoudre en équipe).

Les challenges connectés
Les challenges connectés d’activité physique permettent aux entreprises de faire bouger les collaborateurs en y ajoutant des défis ludiques. Grâce à une application mobile, les participants se mettent en équipe et transforment leurs pas quotidiens en points bonus (classements, encouragements…). Des jeux très prisés par les services com’ ou RH notamment dans un contexte de télétravail ou avec des équipes à distance.

Les parcours interactifs
Certaines villes proposent des parcours connectés interactifs ponctués de panneaux d’activité. A chaque étape, il suffit de flasher un QR Code pour avoir accès à des activités sportives (étirements, renforcements) ou à une information liée à l’Histoire de la ville. Imaginés par l’Institut des Rencontres de la Forme (IRFO), ces parcours sport-santé peuvent pimenter un trajet domicile-travail.

Les jeux d’attente
La start-up nantaise Smile in the Light propose un nouveau concept de jeu pour transformer le temps d’attente à un arrêt de bus… en jeu d’arcade. Lorsque la nuit est tombée, des jeux interactifs sont projetés au sol via des vidéoprojecteurs et des webcam qui captent les mouvements. Dans un autre style, en Roumanie (dans la ville de Cluj-Napoca), un distributeur de tickets de bus installé dans une gare routière propose des “tickets de santé”. En échange de 20 squats face caméra, un ticket de transport gratuit est remis.

Lutter contre la sédentarité en se fixant des objectifs atteignables

Loin des marathons ou des compétitions sportives intra ou inter-entreprises, les jeux et messages centrés sur les bienfaits de la marche permettent de s’adresser à tous les publics de l’entreprise, à commencer par les plus sédentaires.

Pour rappel, l’OMS (organisation mondiale de la santé) recommande un minimum de 30 minutes d’activité physique modérée par jour, 5 jours par semaine (soit 150 minutes par semaine).

De son côté, l’Onaps (Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité) recommande 6 000 pas par jour pour rester en forme. Des objectifs atteignables par tous et qui tordent le cou aux fausses idées autour de l’objectif des 10 000 pas par jour.

Dans tous les cas, la sédentarité est pointée du doigt, comme le martèle François Carré, cardiologue au CHU de Rennes : “Des études ont montré que si l’on est assis pendant plus de 6 ou 7 heures au quotidien, on prend un risque pour sa santé. C’est pire encore lorsque l’on passe la majorité de son temps assis : en voiture pour se rendre au travail, au bureau, à table, devant la télévision, etc.”

Un enjeu d’autant plus fort qu’en périodes répétées de télétravail, le temps assis gagne du terrain faute de trajets domicile-travail.