Non classé

Bien-être, comportements, sécurité au travail : place aux jeux

QVT, risques psychosociaux… L’ANACT sort sa malette de jeux

Perfectionner les pratiques de management, mettre en place de solides bases pour une meilleure qualité de vie au travail, prévenir les risques psychosociaux… Depuis près de trois ans, l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (Anact) propose une gamme de jeux destinés aux entreprises.

« Derrière chacun de nos jeux, il y a une méthode qui a fait ses preuves et de solides connaissances issues de recherches menées par des scientifiques ou des interventions en entreprises », note Ségolène Journoud, responsable du département élaboration des solutions de transfert pour le réseau Anact.

Chaque année, l’Anact approfondi plusieurs thèmes-clés de la qualité de vie au travail. « Avec les jeux, l’apprentissage ne se fait plus via les leviers théorique, intellectuel et la répétition mais par le sensoriel, l’expérientiel et la mise en situation. Les participants peuvent ainsi aborder des thèmes sensibles et difficiles dans un cadre sécurisé, avec le droit à l’erreur et une suppression des barrières hiérarchiques. Il y a juste un animateur et des joueurs », développe Ségolène Journoud.

Un jeu vidéo sur l’amélioration des conditions de travail

L'ANACT propose des jeux de plateau aux entreprises pour favoriser les prises de conscience

Le jeu de plateau « Sexisme sans façon », mis en vente sur le site de l’Anact (216 euros), est le dernier né de l’agence publique. « Ce jeu permet d’apprendre à démasquer les différentes facettes du sexisme et d’identifier leurs composantes possibles dans les situations de travail au quotidien tout en créant un débat nécessaire entre collaborateurs », décrit le site de l’Anact.

Avant fin 2020, sortira le premier jeu vidéo de l’Anact baptisé “Ergasia, les nouveaux territoires du travail”. « Il s’agit d’un jeu de sensibilisation et de formation sur l’amélioration des conditions de travail. Des équipes s’affrontent sur différents déterminants du bien-être au travail et doivent conquérir de nouveaux territoires. En plus d’un apprentissage conséquent et solide, il y a du piment lié au challenge et à la confrontation d’idées », explique la spécialiste.

Dans le domaine de la santé, l’ARS Pays de la Loire (Agence Régionale de Santé) a elle aussi choisi d’investir ce terrain de jeu en développant un catalogue de jeux aux allures d’escape game.

Appli, vidéo et quiz pour la sécurité au travail

Réduire le nombre d'accidents au travail grâce à un jeu vidéo et des quiz santé

Le serious game peut également donner lieu à une expérience individuelle. Ainsi, la société de transports DB Schenker France a récemment équipé les smartphones de ses collaborateurs du jeu Play Stay Safe développé par Récréaction, spécialiste de la gamification en entreprises.

Objectif de l’appli ? Réduire le nombre d’accidents de travail, notamment sur les quais lors des chargements et déchargements. « Nous avons misé sur le téléphone, utilisé par tous les collaborateurs, avec une approche par le jeu vidéo pour une sensibilisation en micro-learning, c’est-à-dire par un séquençage en format très brefs de l’apprentissage », commente Céline Berger, fondatrice de Récréaction sur ActuTransportLogistique.fr

Une routine de trois minutes par jour (pas plus) a été mise en place pour les salariés du groupe avec un jeu vidéo et un quizz-santé quotidiens.

Un serious game… né du coronavirus

Vis ma vie d'entrepreneur : un serious game pour jouer au chef d'entreprise


Dans un tout autre style, l’initiative d’entrepreneuses lyonnaises a fait parler d’elle durant la crise du coronavirus. Début avril, Charlotte Allégret et Mélanie Déjardin, co-fondatrices d’EcoSo, ont lancé gratuitement en ligne et pour 100 candidats volontaires, le jeu « Vis ma vie d’entrepreneur ».

Objectif du jeu : permettre aux salariés de mieux comprendre les choix et arbitrages des chefs d’entreprises aux prises avec cette crise sanitaire. Télétravail, chômage partiel, gestion des stocks, licenciements…

Comment être certain de faire les bons choix, pour ses salariés et pour la survie de son entreprise ? Le but du jeu est simple : maintenir à flots une entreprise virtuelle en prenant conscience des réalités de la direction d’entreprise. Les résultats de ce jeu pourraient être utilisés pour accompagner les chefs d’entreprises après le traumatisme du Covid, selon France 3 Auvergne Rhône-Alpes. 



Dorothée Duchemin

Articles liés