Mobilité douce et santé : Quels arguments pour sensibiliser les entreprises ?

Prévention Santé au Travail & QVT RSE
4 minutes
Depuis les premiers Vélib’ en 2007, les mobilités dites douces se sont multipliées dans nos villes. Leur vocation ? Répondre aux enjeux du transport urbain et aux contraintes des citadins : nuisances sonores et embouteillages interminables parmi autres joyeusetés. Alors que les bénéfices d’une mobilité douce sur la santé de la planète et celle des collaborateurs ne font plus l’ombre d’un doute, qu’en est-il des entreprises ? Qu’est ce que les employeurs ont déjà mis en place ? Quels autres leviers peuvent les sensibiliser davantage ?
Depuis les premiers Vélib’ en 2007, les mobilités dites douces se sont multipliées dans nos villes. Leur vocation ? Répondre aux enjeux du transport urbain et aux contraintes des citadins : nuisances sonores et embouteillages interminables parmi autres joyeusetés. Alors que les bénéfices d’une mobilité douce sur la santé de la planète et celle des collaborateurs ne font plus l’ombre d’un doute, qu’en est-il des entreprises ? Qu’est ce que les employeurs ont déjà mis en place ? Quels autres leviers peuvent les sensibiliser davantage ?

Mobilités douces ou actives, un enjeux sociétal commun ?

Pour rappel, les mobilités dites douces englobent les modes de déplacement actifs, c’est-à-dire ce qui nécessite le recours à la force humaine (marche à pied, vélo, trottinette, rollers, etc.). Mais elles prennent également en compte les moyens de transport collectif et certains types de véhicules puisque bus, tramways ou autres scooters, voitures ou vélos électriques répondent eux aussi aux enjeux mentionnés ci-dessus. Généralement, on range aussi ces modes de transport dans la case des mobilités durables de part leur objectif principal : réduire l’émission de CO2. Vous suivez ? 😉

Mais au final, la priorité absolue de toutes ces nouvelles mobilités, dans une situation climatique devenue catastrophique, reste bien la réduction de l’émission de gaz polluants et donc… la santé de notre chère planète.

Mobilités douces : une véritable responsabilité pour les entreprises

Selon l’INSEE, 74 % des actifs déclarent se déplacer encore en voiture pour leurs trajets domicile-travail. Malgré ce chiffre, un changement d’habitudes commence à pointer le bout de son nez. L’enquête Mobilités des personnes” conduite par le Ministère de la transition écologique montre qu’en dix ans, l’utilisation de la voiture a légèrement reculé. Une autre étude, cette-fois ci menée par l‘Observatoire des mobilités émergentes montre que les salariés commencent à laisser leur véhicule au garage au profit de la marche à pied ou du vélo.

Afin de s’inscrire dans cette démarche écomobile, les entreprises ont un rôle fondamental à jouer pour réduire leur empreinte écologique et encourager leurs collaborateurs à modifier, sans injonctions, leurs habitudes. On voit donc depuis plusieurs années déjà des politiques RSE émerger dans ce sens :

🏠 Organisation du télétravail 

🚲 Mise à disposition d’un local à vélo et parfois, prêt de vélo pour le trajet domicile-travail

💵 Forfait Mobilité Durable qui participe au financement d’un mode de transport moins polluant

🚋 Prise en charge à 50% du montant des titres de transport en commun

 

Pour les entreprises, ces actions constituent un véritable retour sur investissement mais aussi un gage de confiance pour les salariés. Elles contribuent à favoriser la marque employeur et améliore l’expérience collaborateur, incontournable depuis quelques années. En outre, la loi Santé au Travail, entrée en vigueur le 31 mars dernier, a apporté un cadre légal à la Qualité de Vie au Travail. Et les mesures allant dans cette direction deviendront obligatoires dans les mois à venir. 

Les bénéfices de la mobilité douce sur la santé des collaborateurs

Les chiffres de l’ANSES parlent d’eux même. 95% de la population est exposée à un risque de détérioration de leur santé, par le manque d’activité physique et un trop long laps de temps passé assis. 

Et dans la sphère professionnelle, ce sont les troubles musculo-squelettiques (TMS) qui remportent la palme. Les TMS sont en France la première maladie professionnelle depuis 20 ans et représentent 87% des maladies prises en charge par la Sécurité Sociale. Bien entendu, le taux d’absentéisme explose et c’est un véritable gouffre financier pour les entreprises. 

Encourager et promouvoir la pratique d’une activité physique en entreprise comme le recours aux mobilités douces, présente de très nombreux bénéfices : sur le plan financier et plus important encore, sur la santé des collaborateurs. Venir tous les jours au travail, à pied ou en vélo, permet déjà d’instaurer une petite routine. Or la régularité est sans doute l’arme la plus puissante contre l’inactivité physique, avant toute notion d’intensité.

Et les bienfaits sur la santé mentale des collaborateurs sont énormes puisque l’activité physique réduit les états anxieux, le stress et autres risques psychosociaux. Il favorise la concentration, les pensées positives et donc… la productivité ! Mais pour que cela fonctionne dans le temps, ne faudrait-il pas envisager le recours à des incitatifs ?

La gamification : un levier pérenne pour ancrer la mobilité douce dans les habitudes ?

Comment insuffler une véritable motivation, sans faire retomber le soufflé ? Pour cela, la gamification s’avère être un excellent incitatif. Pour rappel, il s’agit d’utiliser les universelles techniques de motivation du jeu pour les transposer à des sujets “sérieux”, la santé par exemple. Depuis toujours, le jeu n’est pas seulement un moyen de se divertir. En effet, quoi de plus grisant que de collecter des points, rafler des récompenses et challenger les collègues ? Et si on transpose ces techniques, vieilles comme le monde, aux campagnes de sensibilisation à la mobilité douce, les résultats risquent de vous surprendre. Les collaborateurs se prennent littéralement au jeu, ils ont vraiment envie de marcher changent d’eux même, progressivement leurs habitudes.

 

Chez Kiplin, nous utilisons les jeux connectés pour insuffler dans la durée, l’envie de (re)prendre goût à l’activité physique. Si vous souhaitez profitez des Semaines Européennes de la Mobilité et du Développement Durable pour sensibiliser vos collaborateurs à la question, n’hésitez pas à nous écrire pour réserver votre animation de la Rentrée !

Contactez-nous